Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

Le Musée de la Chasse et de la Nature accueille l’artiste intimiste Sophie Calle et son exposition « Beau doublé, Monsieur le marquis !« . Si le titre fait référence à une vieille publicité pour des cartouches de chasse, l’expo est bien loin d’un sujet léger de publicité…

Dans ce lieu si particulier qu’est le Musée de la Chasse, où règne une ambiance parfois dérangeante, Sophie Calle a souhaité rendre hommage à son père. Un hommage passant par l’interrogation face à la mort, au deuil et au manque.

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

Nous avons tous été confronté un jour à la perte d’un proche. Pour ma part, j’étais encore toute petite, et j’ai vite eu l’impression d’avoir grandi avec cette « habitude » des décès. Des douleurs plus ou moins fortes, des réactions plus ou moins similaires. Mais toujours cette petite phrase que je me répète « La mort est la première maladie qu’on attrape à la naissance ». Elle est brutale mais vraie. Et je remercie mon père pour celle-ci, qui m’a bien aidé.

Par le décès de son père, Sophie Calle met le doigt sur ce sentiment.
Comment gérer nos morts ? Comment faire face ?

Parler de deuil et du manque de la personne, de ses sentiments, n’est pas évident. Souvent on n’en parle pas. Et si je dois être dans une case c’est bien celle-ci.
L’artiste le fait ici avec douceur et poésie. Elle évoque les liens familiaux, amicaux, leur représentation. L’artiste associe un animal à une personne. Cela semble étrange mais pourquoi pas, chacun sa manière. Ainsi, on pénètre dans son intimité avec cette ménagerie empaillée.

Son exposition m’a émue, et elles sont très rares les expositions d’art contemporain qui me touchent…

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

…du moins pour la première partie.
Pour le reste, Sophie Calle a investit le musée accompagné de Serena Carone et son bestiaire artistique, pour des dialogues des plus intéressants… et surprenants !

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Enfin, pour terminer, l’artiste fait référence à la chasse, se plonge dans l’art de la séduction amoureuse version petites annonces : du magazine « Le chasseur français » à Tinder, un siècle de mots d’amour se succèdent. Certains attendrissants, d’autres plus… pragmatiques !
Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature

 

Sophie Calle au Musée de la Chasse et de la Nature
Quant au Musée de la Chasse et de la Nature, il vaut vraiment le détour.
Bien sur, il ne faut pas être sensible face à des animaux empaillés, et parfois prendre les salles avec du recul et beaucoup de second degré. Et à ce moment, vous trouverez ce Musée si beau avec ses animaux impériaux.
La décoration, scénographie est sublime, et chaque pièce vous transporte.
Un musée atypique qui ne vous laissera pas indifférent…
« Beau doublé, monsieur le marquis ! »
Jusqu’au 11 février 2018
62 rue des archives
75003 Paris
Métro : arts et métiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*