Alors que les continentaux « hype » se ruent à Calvi pour le célèbre festival « Calvi on the Rocks », En Mode Bonheur vous fait découvrir une autre Corse. Une Corse sauvage, confidentielle, authentique, entrepreneuse… Cap sur le Cap Corse avec Corsica Linea et la CCI de Haute-Corse à la découverte de Bastia, la Costa Verde et la Costa Serena avant de vous emmener dans les montagnes dans un prochain article. Prenez votre chapeau et crème solaire, on vous emmène visiter la Haute Corse ! 

Marseille – Corse avec Corsica Linea

C’est un peu une honte d’avoir toujours vécu dans le Sud et de n’avoir jamais mis un pied en Corse. Mais heureusement, grâce à Corsica Linea, mon souhait a été exaucé. 
Mi-mai, la compagnie organisait un blogtrip pour découvrir la Corse inconnue, ou du moins méconnue. 4 jours intenses faits de superbes découvertes mais surtout de très belles rencontres : Mymy Cotton, So Pretty Little Things, Beau Parleur, Chestnuts and peonies, Au Goût d’Emma, Hello Laroux (que l’on connait déjà très bien haha), mais aussi Julianne, notre maman du séjour, Matthieu de Corsica Linea et Marie-Elisa de la CCI de Haute-Corse. Un bel équipage ! 

Corsica Linea est une compagnie maritime méditerranéenne permettant d’aller du continent à Bastia / Ajaccio / Île Rousse / Porto-Vecchio mais aussi en Tunisie et Algérie.

Nous embarquons à bord du Pascal Paoli, célèbre personnalité Corse qui sera notre fil rouge du séjour. On en reparlera notamment dans le prochain article, à Corte. Départ à 19h. Nous prenons la mer direction Bastia pour une arrivée prévue à 6h du matin.

Surprise du chef commandant, nous quittons Marseille en étant dans la salle de commande. La vue est magique. 

A bord, les services sont multiples. Il y a un coin snacking / bar mais aussi un restaurant. Avant goût de la cuisine Corse avec de la bonne charcuterie, des pizzas à la charcuterie corse, des pâtes carbo version charcuterie corse. Non ! On n’a pas mangé que de la charcut’ pendant 4 jours. Enfin… Peut-être que si. Mais c’est tellement bon ! Un bon repas de qualité, en plein milieu de la mer.
Nous avons également pu tester les cabines du navire. La nuit fut courte mais les cabines sont très confortables. Conçues pour 2 avec 2 lits simples, il y a également toilette et salle de bain privatif. 
RDV à 5h dans la salle de commandes pour voir l’arrivée sur Bastia. Le lever de soleil est dingue. Ça valait le coup de se lever si tôt ! Et face à nous, Bastia. Corsica, nous voilà ! 

Visite de Bastia

La ville de Bastia a été fondée en 1381 par les génois. L’influence italienne se ressent constamment. Dans la douceur de vivre, dans l’architecture baroque, dans les façades colorées… Et puis dans toute l’histoire de la ville.
Pour la visiter et partir à la découverte de ses secrets d’histoire, il faut commencer par la place Saint-Nicolas. Immense, presque deux fois la place St Marc de Venise, elle abrite une statue de Napoléon, que l’on retrouve finalement assez peu en Haute-Corse.

Après avoir vu le Vieux-Port, il faut se plonger dans la vieille ville, au cœur de la Citadelle. 
On y trouve l’ancien Palais des Gouverneurs qui abrite désormais le musée d’histoire de la ville. Les édifices religieux sont également nombreux : oratoire de la Sainte-Croix avec ses ornements magnifiques, la paroisse Sainte Marie avec la vierge d’argent… La religion est extrêmement importante en Corse, et ça se sent. Ce patrimoine est préservé et vraiment magnifique. A découvrir, que l’on soit croyant ou curieux. 

Découvrir Erbalunga

A une vingtaine de minutes de Bastia, en longeant le littoral, il y a Erbalunga. Avec sa tour génoise, ses rues et son petit port pittoresque, Erbalunga est considéré comme l’un des plus beaux villages de Méditerranée. 
Nous y étions à 7h du matin. Et malgré nos yeux tout collés, nous avons été séduits par ce joli village. 
Je ne sais pas si c’est à cause de sa roche, ou son charme authentique, mais Erbalunga m’a un peu fait penser à Saint-Tropez. La visite se fait rapidement mais vaut vraiment le détour. 

L’hôtel Castel Brando à Erbalunga

Autre bel atout du village : l’hôtel Castel Brando. Nous n’y avons pris que le petit-déjeuner mais c’était assez pour tomber sous le charme.
Autour d’Embalunga, il y a de nombreuses « maisons d’américains ». De magnifiques demeures le long du Cap Corse construites par des corses étant partis faire fortune aux Etats-Unis puis revenus au pays, construire de beaux palais. 
La demeure a été édifiée en 1853 par un médecin corse puis embellie par un villageois parti faire fortune aux Etats-Unis. Il y planta un luxuriant parc exotique. 
Puis, le Castel Brando commença à tomber en ruine. Sauvé en 1990 par Joëlle et Jean-Paul Pieri, l’adresse est devenue un merveilleux hôtel Châteaux et Hôtels Collection ainsi qu’un lieu à vivre.
Salon de lecture, SPA, jardin, piscines (oui, avec un S), jaccuzi, 3 chambres et 1 suite, le tout à quelques pas de la mer et avec vue sur la Vallée Brando, le lieu est magique. 
Ouvert du 30 mars au 5 novembre, le prix des chambres est à partir de 105€. Un joli plaisir à s’offrir…

Site du Castel Brando

Parc Galea pour une journée en famille

La moyenne d’âge de ce blogtrip avait beau être autour de 28 ans, nous avons passé le séjour à nous comporter comme des enfants. Forcément, dès qu’on est en groupe, une colonie d’ados n’aurait pas fait mieux que nous ! 
Ca tombait bien car l’une des activités proposées était la visite du Parc Galéa, un lieu parfait pour les familles en visite en Corse (mais aussi les grands enfants passionnés de nature). 

Ici, Fabrice, le directeur du parc, vous parlera de cactus avec passion. Vraiment, vous pourrez faire sensation à un futur dîner en apprenant à vos amis que les cochenilles des figues de barbarie sont utilisées pour colorer les Tagada ou encore l’Orangina. Vous pourrez également dire qu’il existe des monstres parmi les cactus. Ce sont ceux ci-dessous. Avec leur forme super bizarre, comme un accordéon, ils arrivent à se protéger du soleil. Et aussi, si vous êtes assoiffé dans le désert, ne pensez pas pouvoir boire en coupant un cactus. Pour survivre dans ces conditions arides, ils sont essentiellement faits de bois. 
Et ouai, la nature est impressionnante et passionnante ! 
Une dernière pour la route. Les plantes ont inventé le clonage. L’oranger des osages replante ses branches sous terre pour former un autre arbre. Si c’est pas fort ça ! 
Voilà, vous avez au moins 10 mn de discussion où vous allez épater vos proches. 

Tout cela, on l’apprend durant la visite du Parc Galéa. Rien à voir avec un jardin exotique comme celui d’Eze par exemple. Ici, on mêle la nature à la culture dont le fil conducteur est l’histoire de la Corse (il y a même une salle dédiée aux chants corses !). Mi parc, mi musée, tout est ludique, interactif, très moderne et vous en ressortirez avec plein de connaissances.
Encore mieux, il y a un espace de conférences où de grands noms de l’environnement interviennent.

Parc Galea
Route de la CNRO

20230 Taglio-Isolaccio, Corse
8€ adulte, 4€ enfants, gratuit – 6 ans

A la découverte des producteurs corses

La Corse, ce sont des paysages magnifiques, c’est beaucoup d’histoire mais aussi des gens. Sur cette petite île de beauté, de nombreuses entreprises sont créées et se font même connaître jusqu’à l’autre bout du monde. On en a rencontré 3 d’entre eux.
F R O M A G E R I E  O T T A V I

Depuis 1896, la famille Ottavi fait son fromage avec passion à Ghisonaccia. 
Caillage, moulage, égouttage, salage, affinage… Tout est fait sur place, de la tomme au brocciu. Avec un peu moins de 40 employés, l’entreprise reste familiale dans sa façon de faire et d’être mais les fromages sont vendus jusqu’en Asie. Un bel exemple de réussite ! 
Route de la Gare
Ghisonaccia

D O M A I N E   A M U R E D D A

Depuis l’hiver 2015, je ne me soigne plus qu’avec des huiles essentielles. Un autre rapport à la médecine mais aussi un autre rapport à la nature est créé. Quand j’ai vu qu’une visite de distillerie d’huiles essentielles était au programme, j’étais ravie ! 
Dans la plaine orientale, entre mer et montagnes, se situe le Domaine Amuredda. Stephan cultive, Marina est aromathérapie. A eux deux, ils produisent des huiles essentielles et eaux florales mais aussi des cosmétiques et savons. 
Petit point culture (on en apprend des choses dans cet article !) : pour savoir si l’on peut faire de l’huile essentielle avec une plante et quand elle en produira le plus, on utilise un micro distillateur. Très utile lorsqu’on veut créer de nouvelles huiles, ou pour celles qui en produisent peu (et qui donc sont très chères) comme la rose ou le thym à thujanol. 
Au domaine, on cultive autant les matières premières que ce qu’on en vend. On retrouve également la marque dans d’autres boutiques de Corse ainsi qu’en ligne. N’hésitez pas à aller la visiter (il y a d’immenses champs d’immortelles !)

Route de Poggio
20243 Prunelli di Fiumorbo

D O M A I N E  M A V E L A
En Corse, on distille la myrte pour les huiles essentielles mais aussi… Pour de l’alcool (à consommer avec modération. Même si certains en mettent dans le café du matin…). C’est une des liqueurs et eaux de vies proposées par le Domaine Mavela. Poire et raisin en été, châtaigne en octobre, myrte en hiver… La distillation des alcools se fait selon la saisonnalité des produits, récoltés en Corse. 
Le domaine a étendu son savoir-faire au whisky qui a un goût assez boisé. Oui vous lisez bien, du whisky corse ! Il faut le goûter pour le croire et en découvrir toutes les saveurs.

L’histoire de la Corse passe également par son alcool. Le Cap Corse est une institution ici. Créé en 1872 par Louis-Napoléon Mattei, cet apéritif a été repris de générations en générations. A base de quinquina, ce muscat a été repris en 2005 par le domaine Amureda. De renommée internationale, cet apéritif connaît une seconde jeunesse et une boutique a même ouvert à Bastia, peu après notre voyage. Un petit délice parfait pour voyager à nouveau sur l’île de Beauté.  

Amateurs de spiritueux ou simplement curieux, n’hésitez pas à visiter la distillerie, vraiment très bien faite et très instructive, notamment sur l’histoire de la Corse grâce à un petit film très sympa.

Domaine Mavela
U licettu

20270 Aléria

De l’étang d’Urbino à la plage de Pinia

Retour côté nature avec l’étang d’Urbino. L’étang est le deuxième plus grand de Corse. Situé à Ghisonaccia, il est classé pour la protection de sa faune et sa flore. Cet étang est le lieu idéal pour se rendre compte de la variété des paysages corses. Face à lui, vous verrez des montagnes. Puis, en le longeant, vous arriverez sur la belle plage du domaine de Pinia. 

Une jolie balade à faire pour admirer le côté sauvage de la Haute Corse.
La nôtre s’est ponctuée par un spuntinu (pic nic corse) magique par la chef à domicile Da Me A Vo. Une ambiance de mariage sur la plage avec d’excellents produits corses, dont la tomme de brebis de la fromagerie Ottavi. Un régal !!

Perla Di Mare

Toujours à Ghisonaccia, se trouve le camping Perla Di Mare. Sur la mer comme son nom l’indique, le camping est immense. Nous avons dormi une nuit dans les villas. Très grandes (avec même 2 salles de bain et 2 chambres !), bien décorées, face aux montagnes et aux ânes trop mignooons, l’endroit est vraiment chouette. Il y a également des mobil home pour vous loger. Côté service, un bon restaurant les pieds dans l’eau (le burger corse est beaucoup trop fat, mais une tuerie !), un SPA, une piscine, des jeux pour enfants et puis la mer juste devant vous. 
En pension ou demi-pension, c’est le bon compromis pour un séjour en famille ou pour un groupe d’amis. 
Route de la Mer
Ghisonaccia

Si la Haute Corse côté mer n’est pas ce qui m’a le plus séduit, ça a été une approche parfaite pour en savoir bien plus sur l’histoire de l’Ile, sur ceux qui la font rayonner et pour une première approche de ses beaux paysages.
RDV jeudi pour la suite, côté montagne… Sensations fortes garanties !

Et vous, connaissez-vous cette partie de la Haute Corse ?
Julie
* Blogtrip avec la CCI Haute-Corse et Corsica Linea. Je reste libre de mes choix rédactionnels

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*