From Solidays with Love


L'an dernier on avait dit qu'on se calmerait sur les festivals. Vous avez du le remarquer depuis ce début d'année, on ne s'est pas calmées du tout, voire on a aggravé notre cas...


Depuis notre arrivée à Paris, Solidays est devenu l'un de nos festivals "chouchou". On y était allées un peu par hasard, parce que Woodkid y faisait une date et... Waw ! L'année suivante on a remis ça et avec un pass pour tout le festival.
Alors quand Amélie, de chez Wiko, nous a contacté cette année pour jouer les reporters durant Solidays, on n'a pas hésité longtemps...

Retour sur cette 18ème édition de Solidays ou 3 jours de bonheur, d'amour et de musique... Rien que ça !


"Solidays of love" le ton du festival de cette année était clairement donné, et n'en a pas été autrement. En référence au "Summer of love", pour cette édition, cette vague d'amour encore plus assumée et déclarée fait du bien à nos cœurs après les récentes séries d'attentats.
Tout a été encore plus pensé et réalisé pour que l'on vive d'amour et de bières fraiches durant ces trois jours.

Solidays avait vu les choses en encore plus grand ! Plus de grandes scènes abritées, plus de stands, un espace guinguette élargi...Et surtout plus de monde ! 
5 hectares ont été rajoutés au festival et cette année la fréquentation a battu tous les records avec plus de 202 786 personne présentes depuis le début. Y a de quoi en avoir le vertige...
A notre arrivée, un petit temps d'adaptation s'est même imposé afin de se familiariser avec le lieu. Et même au bout des trois jours, nous n'avions pas tout vu.

La jolie découverte de cette édition, c'était aussi l'espace Guinguette ! 
Un peu éloigné au calme derrière les bois, les festivaliers pouvaient se retrouver autour d'un hangar bar à vins pour boire un verre ou déguster les spécialités des stands présents (oui on assume, on a pris de l'aligot un 25 juin..). Une petite ambiance champêtre super agréable qui nous fait oublier qu'on n'est pas si loin de Paris !

D'ailleurs, on a fait une super découverte culinaire, avec une bonne adresse parisienne à retrouver très bientôt dans un autre article ;)


























Derrière Solidays se "cache" Solidarité Sida.
On a tendance à oublier le but premier de ce festival (nous les premières...) : récolter des dons pour l'association et diffuser des messages de prévention concernant la sexualité et la défense des droits des malades. Un événement majeur de sensibilisation porté par une véritable chaîne de soutien : du festivalier, au bénévole présent chaque année, en passant par le politique ou les personnalités et artistes. Tout le monde sait pourquoi il est présent durant ce week-end, et pour une fois qu'on est tous d'accord sur un sujet, ça fait du bien !

Parce que les chiffres, ça nous fait bien flipper et que ça se retient bien : aujourd'hui 37 millions de personnes vivent avec le VIH, et chaque année il y a 6 600 nouvelles personnes contaminées.
Et n'allait pas croire qu'en France on est épargné, loin de là... C'est comme l'histoire du nuage de Tchernobyl (non il ne s'est pas arrêté à la frontière), nous sommes aussi touchés : 1 personne est contaminée toutes les heures et demi, et nous sommes le pays le plus touché d'Europe. Voilà voilà...

Mais avoir peur pour avoir peur c'est nul, et Solidarité Sida l'a bien compris. Du coup, ils ont développé leur message de prévention autour du plaisir dans la sexualité. Là on sait que ça t’intéresse coquin(e) ;)
Parmi toutes leurs actions, l'expo "Sex in the City'. Une expo ludique parfois surprenante et bousculante, mais ultra intéressante où l'on peut y rester bien plus d'une heure facile. Du sujet le plus léger sur les zones érogènes en mode roue de la fortune, au sujet le plus grave sur le viol et les MST , tout est évoqué dans cette expo. Et une fois terminée, vous avez la possibilité de discuter avec des bénévoles. Un outil de prévention plus que complet à faire absolument.










Durant le festival, Solidarité Sida met en avant une centaine d'associations avec le Village Solidarité. Un endroit où s'informer, et où les associations innovent en activité pour attirer notre attention !

Vous y trouvez également l'expo contre l'Oubli avec un patchwork de noms des personnes victimes du Sida.







Qui dit sexualité dit aussi s'envoyer en l'air ! (Pardon, mais c'était obligé)
C'est Wiko, marque de mobile marseillaise (forcement ! Sud power !), qui cette année s'est chargée du saut à l'élastique.

Comme on est trop des filles vaillantes, on a laissé nos supers potes le faire à notre place hehe Et apparemment c'était ouf : vue sur tout le Festival, La Défense, La Tour Eiffel et une sacrée montée d'adrénaline !

A noter que le saut à l'élastique était encadré par l'association "Une idée en l'air". Une association qui lutte contre le Sida et les maladies génétiques en récoltant des dons grâce à cette activité aux sensation extrêmes ! 
Et on valide leur signature : "Nous quand on s'envoie en l'air, on n'oublie pas notre latex !" ;)











Parce que quand même, on était avant tout là pour profiter des concerts, autant dire qu'on ne s'est pas privées ! 
Entre rap, rock, pop et électro, on a donné dans tous les styles et toutes les ambiances. Et qu'est-ce qu'on a bougé, sauté, crié, hurlé ! Une semaine plus tard, on ne s'en est toujours pas remises...

On vous a fait un petit top de nos passages musicaux préférés de ces trois jours.
Vous pouvez aussi retrouver notre livetweet du festival avec le #EMBxWikolidays ;)

Ce n'a pas été évident (en festival "choisir c'est renoncer"...), mais les vainqueurs sont...


Bloc Party

Les rockeurs de Bloc Party ont su mettre l'ambiance dès le premier soir !
Il aura quand même fallu attendre minuit avant de bouger notre corps sur le dancefloor, un peu déçues par les prestations et sets de M83 (mega-gros-brisage de coeur) et Flume.
Heureusement donc que ces anglais n'avaient encore pas quitté l'Europe et étaient parmi nous !
Une ambiance électrique qui a retourné le Dôme. Du rock qu'on aime avec quelques pointes d'électro. Un pur kiffe.
Et l'avantage de ce concert c'est que l'âge moyen était largement supérieur à 16 ans et qu'on s'est senties un peu moins vieilles haha


Deluxe

Le samedi, ce sont les aixois de Deluxe ont mis le feu à la grande scène Paris et ont remporté notre coeur. Energie de dingue, smile aux lèvres et toujours aussi déjantés, le groupe à la moustache folle à une fois de plus su déchaîner les foules.
Et pour citer quelqu'un, ils prouvent que "même à Paris, le sud est là!".




Naïve New Beaters

Toujours un énorme plaisir de voir ce groupe sur scène : troisième fois en un an ! Complètement perchés, on adore leur énergie et leurs speech toujours plus what the fuck à chaque fois. Petite surprise cette année, avec la venue d'Izia pour interpréter leur nouveau titre "Heal Tomorrow". Par-fait !
Et ça a chaloupé, chaloupé, chaloupé, ...


Talisco

On avait découvert le groupe lors d'une soirée sur un rooftop, et on avait adoré. Une seule hâte : les voir vraiment jouer sur scène et voir ce qu'ils ont dans le ventre. He bien on n'a pas été déçues !
Avec un aperçu du deuxième album, on s'est déchaîné dès le début de ce dimanche après-midi. La suite de leur discographie s'annonce bien belle pour eux...



Oxmo Puccino

Clairement, le patron à Solidays c'était lui.
Au baromètre de l'acclamation, Oxmo Puccino est une nouvelle fois rentré dans le top, comme lors de Chorus en avril.
Une déferlante d'amour et de cœur avec les mains ont envahi le Dôme




The Shoes

Un set déjanté avec des lolicats et le coq "Chickenzilla" sur scène : bienvenue dans le monde ultra barré de The Shoes ! On vous en parlé y a quelques jours ici, pas besoin de s'étendre. Mais si au BON AIR c'était ouf, alors à Solidays ça l'était encore plus.
Et merci qui ?! Merci Jacquie et Micheeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeel !



Louise Attaque

Concert de clôture. Comment vous dire ? On avait tous 16 ans à nouveau, à chanter à en perdre la voix, danser et plus que kiffer ces derniers moments de bonheur sur "J't'emmène au vent", "Léa" ou encore "Ton invitation".
C'était bien, c'était bon. Louise Attaque a fait le job, et un rêve d'ado un peu réalisé.



Bref, la programmation était assez canon, et si jamais on doit faire une sextape ce sera avec la bande-son de ce Solidays ! Vous savez tout ;)



Merci à Amélie et Wiko de nous avoir fait confiance pour être leurs reporters de choc de cette nouvelle édition du festival.
(Un merci à Max - notre photographe hehe - et Sonia de nous avoir suivi ;) )

Et surtout merci à l'ensemble des bénévoles qui font de ces dates, chaque année, un moment hors du temps et magique !



Encore un week-end avec des papillons dans le ventre, du bonheur et de l'amour. 
Les "Solidays of love" portaient définitivement bien leur nom...




Séverine et Anouk
Selfie #Wikolidays
















PS : +1 pour la retransmission du match !





0 petits mots...:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot...

 

Facebook

Instagram

Pinterest En mode bonheur