Festival Chorus 2016

Après le Festival Avec le temps et Paris Music, nous enchainons avec le Festival Chorus, à La Défense.
D'ailleurs préparez-vous, cette année encore, EMB va collectionner les festivals...

En mode bonheur


Pour la 3ème année (déjà... !), nous avons assisté au Festival Chorus.
Vous l'aurez compris, Chorus est un festival que nous apprécions énormément et que nous ne raterions pour rien au monde (ou presque, contre une pizza ou une barre de Granola, nous sommes plus très sures de notre réponse...).


Ce qu'on apprécie c'est la volonté du festival d'accueillir de grands noms des scènes française et internationale, tout en poussant et mettant en avant les jeunes artistes.
L'an dernier nous vous parlions en détail du Prix Chorus, cette année le prix a été remporté par le groupe Palatine !

Pour cette 28ème édition, nous avons suivis Chorus tout au long des 10 jours.
Notre festival a surtout été marqué par 2 soirées aux styles musicaux aux antipodes l'une de l'autre : la soirée d'ouverture - principalement rock français - et la soirée du vendredi 8 avril - axée sur le hip-hop.


En Mode Bonheur



En mode bonheur


En mode bonheur



En mode bonheur




xx Dionysos


Vous n'aurez pas échappé au retour du groupe dans les médias. Et aussi dans la rue, avec leur petit bonhomme coeur dessiné tout partout...
Leur présence au Festival Chorus était donc plus que logique, particulièrement en soirée d'ouverture. C'est avec Dionysos, en retour intimiste mais totalement déjanté sur scène, qu'a commencé Chorus.
La scène parlons-en, celle du Magic Mirror. Comme l'an dernier, nous étions plongé dans un décor de cirque, transporté dans un autre monde. Un endroit parfaitement en accord avec le groupe qui nous a emmené dans son univers, loin, ailleurs...
Assez surprenant tout de même de ne voir que des places assises dans cette salle, surtout pour un festival et un groupe qui nous a bien fait bouger. Presqu'on se serait improvisé un petit tango !
Les anciennes et nouvelles chansons se mêlent, et nous, on apprend à aimer le groupe. Pas qu'on aimai pas, mais c'était pas ce qu'on écoute habituellement... Sur scène, Dionysos nous a convaincu et on vous conseille d'aller les voir !



En mode bonheur


En mode bonheur



En mode bonheur


xx Lou Doillon



Avant de l'aimer pour son talent de chanteuse, nous, Lou Doillon on l'admirait pour son sens du style, véritable icône de mode (tout comme sa mère et sa soeur d'ailleurs...).
On était un peu perplexe à la sortie de son 1er album, mais pourquoi pas : trop de talents dans cette famille ! Et "bingo" (si, si, on ose l'expression), Lou Doillon version chanteuse : c'est tout ce qu'on aime et qu'on adore. Alors quand on a vu qu'elle faisait partie de la prog de Chorus, on n'a pas hésité.
Un moment de douceur tout en langueur, presque apaisant et qui nous réconforte après une semaine de boulot. L'impression d'être dans un cocon enveloppé de coton (promis, on avait rien pris).
On regrettera le choix de la grande scène cependant. Les chansons de Lou Doillon et son univers musical sont fait pour être joués dans des petites salles, intimistes. Mais on a quand même bien aimé ce moment tout en douceur, qui nous a un peu subjugué.


En mode bonheur


xx Maestro


Attention là on passe d'un extrême à un autre. De la douceur à la ... sauvagerie electro ?!
De l'electro complètement dément mais totalement cool.
Maestro su réveiller le Festival au bon moment, pour effectuer comme il se doit la transition "Vendredi-Afterwork" / "Vendredi-Grosse Night" !
En plus de nous avoir fait bien bougé, ils nous ont aussi bien retourné le cerveau avec leur chanson "Mechant". Impossible de dire/lire ce mot sans penser au groupe à présent. Bien joué le matraquage marketing ;)
Par contre, on a pas trop compris ce que faisait Maestro dans cette prog du vendredi soir... Mais je serais prête à parier qu'on retrouvera ce groupe de mecs complément barrés à Marsatac. Ils ont toute leur place dans le festival Marseillais, et on les voit bien investir retournant le Club... 


xx Naïve New Beaters

On a chaloupé, chaloupé, chaloupé, ...
La soirée du vendredi s'est terminée avec les Naïve New Beaters, qui nous ont embarqué avec eux dans leur monde déluré et tropicoloré. Ils nous ont donné chaud, il ne manquait que la plage et les cocotiers (et les palmiers gonflables sur scène... - grosse déception de leur absence) !
Dommage par contre, que le Dôme soit à peine rempli pour la dernière prestation de la soirée. On mettra sur le coup de la fatigue de fin semaine, nous aussi on a eu du mal à s'en remettre...
Le groupe est toujours "out of space" et on ne s'en lasse pas. Leur duo avec Izïa fonctionne bien, quoi que l'association des deux au début peut laisser perplexe.
Parfait comme dernier groupe pour terminer la soirée et repartir la tête sur une autre planète.



xx Little Simz


La soirée hip-hop débute avec Little Simz, petit bout de femme d'à peine 21 ans.
Son jeune âge surprend à la vue de la maturité dont elle fait preuve sur scène. Avec son flow piquant, elle entraine le public avec elle. Lui donne des ordres aussi mais tout en humour et en amour.
La little envoie du lourd et les festivaliers présents pourront en témoigner
On ne connaissait pas du tout et ça a été une belle découverte pour nous. Et pourtant, c'est qu'elle s'est déjà fait un nom dans le milieu. Little Simz a plusieurs EP à son actif et de belles collaborations. 
Et si son nom vous dit quelque chose (si comme nous, vous étiez inculte), c'est qu'elle est passée récemment au Petit Journal.
Bref, Little Simz c'est l'artiste à suivre de ce festival !


En mode bonheur


En mode bonheur


En mode bonheur


xx Oxmo Puccino


Le Dôme de Chorus était plus que complet pour accueillir sur sa grande scène Oxmo Puccino.
Le poète des temps modernes a déplacé les foules. Même "Yacine de Strasbourg" est venu pour voir le maître sur scène ! Preuve que Chorus fait déplacer les parisiens dans les Hauts-de-Seine, mais aussi toute la France...
Oxmo Puccino nous a présenté un live tout en poésie et groovy. La bonne humeur était bien présente sur la scène du Dôme. 
Ce que n'a pas forcemment apprécié l'ensemble des festivaliers, puisque d'après un de ses plus grands fans, la force et la puissance des textes d'Oxmo Puccino sont dans les chansons les plus sombres et les plus vieilles. Et en effet ce soir, c'était surtout les plus récentes qui étaient présentes.
Il n'empêche que lorsque les première notes de "J'ai mal au mic" ont résonné, le public est devenu survolté et passionné !
Un beau moment de musique, rempli de respect qui a donné à l'ensemble une atmosphère particulière.

Petite mention spéciale pour ses musiciens : dingues !

xxx

Une nouvelle fois, Chorus a su proposer une très belle programmation pour un festival à taille humaine dans un quartier aux dimensions hors-normes. Le festival des Hauts-de-Seine favorise l'échange, ainsi que le mélange des sons, des genres et des gens. fait chaud au coeur par les temps qui courent...

Mais Chorus n'était pas qu'à La Défense et s'est propagé dans tous les Hauts-de-Seine. Ainsi le public a pu découvrir AaRON à Nanterre, Aldebert à Antony ou encore Les Innocents à Bourg-la-Reine !

En mode bonheur


Merci à Chrystele qui nous a permis de participer une nouvelle fois au festival, et on se dit à l'année prochaine Chorus !

Vous avez programmé des festivals dans vos agendas en 2016 ?





0 petits mots...:

Enregistrer un commentaire

Un petit mot...

 

Facebook

Instagram

Pinterest En mode bonheur