Le Cours Julien, situé dans le 6e arrondissement de Marseille, est le quartier des artistes par excellence. Boutiques de créateurs, galeries d’art contemporain, bars à la cool, restaurants du monde, musiciens, bobos se côtoient dans ces ruelles où le street art est prédominant. On y croise aussi parfois une faune des plus étranges qui donne au Cours Ju’ des airs de Cour des Miracles.

Le Cours Ju’ est un des quartiers de la ville à la vie nocturne très animée. Les lieux pour sortir ne manquent pas. La notoriété du bar La Dame Noir n’est plus à faire. De même que celle du concept store / bar de nuit Oogie où ont lieu de très très bonnes soirées le jeudi notamment. Le WAAW, bistrot et média culturel à la fois, contribue aussi à la vie du quartier. Prochain RDV, ce soir pour un apéro Marsatac ! Durant le festival, le WAAW déménagera à la Friche et vous invitera à son bar éphémère le Magic Garden. Vu la description, on ne comprend pas vraiment tout mais ça a l’air funny !
Pour les plus noctambules, il y a le Baby, boîte à la programmation électrique. Jamais testé mais aux vues de la prog’ chaque weekend, ça m’a l’air bien cool !

Le jour, on fait son shopping chez des créateurs locaux ou des boutiques vintages, on se pose en terrasse et on flâne dans les ruelles colorées au gré des tags, affiches, inscriptions…
Outre sa vie nocturne, le Cours Ju’ est bien connu pour être l’antre du street art.
Du 11 au 13 juillet dernier y avait lieu le premier festival du street art. C’est à cet évènement que l’on doit cette géante fresque sur escalier réalisée par Acet et Julien Raynaud. Marta Ka proposait également un « Shooting Angel », une séance photo que l’on peut retrouver affichée sur plusieurs murs du Cours Ju’ et dont le décor demeure encore.
Egalement, depuis 2012, des artistes investissent LE MUR, rue Crudère. L’association Juxtapoz invite, chaque fois, des artistes à réaliser une performance sur ce mur. C’est ainsi que l’on a pu admirer l’oeuvre du célèbre Jef Aérosol, mais aussi celle de Romain Froquet dont je vous parlais ici.

Engagées, esthétiques ou tout simplement drôles, les oeuvres habillent chaque rue, chaque boutique, chaque bar du Cours Ju’.

Bon, à priori, yen a aussi que ça saoule tous ces tags !

Ces dernières semaines, le quartier a vu sur ses murs, apparaître les affiches de Jack le Black (vraiment trop stylé ce nom.). Mais oui, vous savez cette affiche du film La Haine avec écrit L’Amour. L’artiste parisien est venu faire un petit tour dans la capitale du Sud pour nous amuser avec ses punchlines. Mention spéciale pour « Putain de dealers » que l’on trouve juste en face de la sortie de métro Notre-Dame-du-Mont. Quant à la célèbre affiche La Haine/L’amour, je n’ai pas réussi à la retrouver au Cours Ju’ mais dans le quartier du Panier, en haut de la place de Lenche.
Si jamais vous arrivez trop tard, Jack le Black fait aussi des t-shirts. Comme le « Bonne mère pour mauvais garçon » que l’on pouvait trouver au Citadium des Terrasses du Port.

Ouvrez l’oeil à chaque coin de rue. L’art est partout…

Julie
Total
3
Shares

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*